Article de presse Les échos

Article de presse Les échos

Rédigé le 19/12/2017


Le numéro deux du groupe est poussé vers la sortie. L'avionneur traverse une zone de turbulences. Il faut en sortir au plus vite, car Airbus est un groupe symbolique mais aussi stratégique pour la France comme pour l'Europe.

Quand le numéro deux d'une entreprise s'en va, à part les salariés concernés, tout le monde ou presque s'en fiche. Pas lorsqu'il s'agit du codirigeant d'Airbus. Car l'avionneur européen est une entreprise à part. Une entreprise unique dont l'avenir doit préoccuper tous les Français et même une bonne partie des Européens. Or, au lendemain de l'annonce du départ de Fabrice Brégier qui dirige la branche « avions civils » du géant européen de l'aviation, nous avons tous des raisons d'être inquiets.

Airbus est à la fois une exception et une entreprise exceptionnelles. De tous les industriels basés en France, Airbus est déjà celui qui a le plus gros impact sur notre commerce extérieur. Dans une France qui se désindustrialise et qui peine à exporter, ce sont les ventes d'A320 aujourd'hui et d'A350 demain qui contribuent le plus à limiter notre déficit commercial. Quand Airbus s'enrhume, c'est toute la France Inc. qui tombe malade.

 

Un symbole

 

Faisant désormais jeu égal avec Boeing sur le marché mondial de l'aviation commerciale, Airbus est en plus un véritable fleuron technologique. Dans le civil, comme dans le militaire et le spatial, Airbus est au coeur de notre souveraineté. Entreprise de pointe, machine à recruter des ingénieurs, Airbus a parfaitement réussi sa mondialisation.

Surtout, au-delà de son succès actuel, Airbus est aussi un symbole. Le symbole d'une Europe qui lorsqu'elle unit ses forces est capable de faire aussi bien que les Américains et mieux que tous les autres. Né d'une volonté politique et du dynamisme d'entrepreneurs privés, Airbus est un exemple pour tous les autres secteurs économiques. Pas une année ne passe d'ailleurs sans que l'on évoque l'ambition de construire un « Airbus du rail », de l'énergie ou des télécoms. Preuve s'il en est que si la volonté est souvent là, le succès est beaucoup moins souvent au rendez-vous.

 

Moment critique

 

Pour toutes ces raisons, il convient aujourd'hui de se préoccuper d'Airbus. Victime d'une guerre des chefs, frappé par les départs en série de cadres dirigeants stratégiques, englué dans des affaires de corruption, fragilisé par une gouvernance imparfaite et un conseil d'administration qui a trop tardé à prendre des décisions difficiles, Airbus traverse une nouvelle crise à un moment critique.

Face à la montée en puissance des industriels chinois, qui ont pour ambition de rivaliser avec les industriels de l'aéronautique comme ils ont su le faire dans les télécoms, Airbus doit rapidement retrouver une forme de sérénité. Les fondamentaux restent solides, mais il faut sans doute accélérer le grand ménage en précipitant également le départ programmé de Tom Enders, le numéro un du groupe. Il faut tourner la page et prendre un vrai nouveau départ.

David Barroux